El Comandante Toro et El Pancho Carreón abattus

AMLAT faisait état il y a deux semaines des opérations menées depuis février dernier par une force fédérale conjointe visant à éliminer Juan Manuel Loisa Salinas, opérateur principal du Cartel du Golfe (CDG) à Reynosa (Tamaulipas) : comme viennent de le confirmer les autorités, celui-ci vient d’être abattu au coeur de son fief par les troupes du secrétariat de la Marine (SEMAR). Les détails exacts de l’opération restent encore inconnus mais celle-ci a par ailleurs été accompagnée, comme c’est souvent le cas, de “narcobloqueos“, attaques de diversion effectuées dans toute la ville qui a donc vécu de longues heures d’angoisse au petit matin de ce samedi 22 avril.

Quelques heures plus tard, les hommes du SEMAR ont par ailleurs abattu à Ciudad Victoria, ville voisine, Francisco Carreón dit El Pancho Carreón, leader local des ZetasVieja Escuela (Zetas “ancienne école”). Aux dernières nouvelles, le groupe de Toro comme celui de Carreón s’étaient alliés pour lutter les Zetas et d’autres cellules criminelles rivales nées de l’atomisation du CDG ainsi que des Zetas depuis 2010-12. L’un comme l’autre faisaient partie de ces groupes délinquants qui prônent le retour au trafic d’antan : à savoir, une focalisation sur les activités narcotrafiquantes et l’abandon des pratiques les plus prédatrices (extorsion et autres) appliquées contre la société civile. On ne gardera bien sûr d’y accorder un crédit aveugle. Le fait est cependant que l’élimination conjointe des deux caïds locaux pourraient signifier, comme on pouvait le prévoir, une montée en puissance de groupes délinquants aux agissements bien plus délétères. Toujours est-il que la Frontera Chica où opéraient Loisa et Carreón, petite langue de terre du Tamaulipas située le long de la frontière avec les Etats-Unis et source de grands bénéfices pour le narcotrafic, ne devrait pas tarder à trouver preneur.

La Frontera Chica

frontera chica
La Frontera Chica

On notera enfin que la zone est depuis 2008 au moins le lieu de régulières opérations ponctuelles des Forces Fédérales ainsi que de l’Etat ainsi que d’une opération au long cours, l’operación Noreste, sensées ramener l’ordre dans la Frontera Chica. Les heures les plus dramatiques y ont été vécues courant 2010 lorsque Cartel du Golfe et Zetas, récemment séparés, se sont affrontés des mois durant pour en prendre le contrôle. A cette époque, des colonnes de dizaines de véhicules chargés de sicarios circulaient librement pour donner l’assaut aux fiefs adverses, ce qui a provoqué un exode massif de la population locale. L’armée de terre et la marine ont fini par intervenir pour, à grand peine, y ramener un semblant d’ordre (voir vidéo). Depuis, la Frontera Chica reste l’un des lieux d’affrontements réguliers entre groupes criminels.


Source photo 01

Advertisements