Publié le 17 avril 2016

Après avoir largement battu le record mondial d’homicides l’année dernière (sur une base sous-évaluée d’après les experts locaux), le Salvador a connu un terrible début d’année avec plus de 2000 nouveaux homicides.

Une trêve avec les Maras

Un espoir toutefois : les 3 principaux groupes délinquants -ou maras- ont annoncé à la fin du mois de mars, lors d’une conférence de presse, une trêve unilatérale de 72 heures. Prolongée de manière indéfinie dans les jours qui ont suivi, elle est encore en vigueur à l’heure actuelle et a permis de diminuer sensiblement le nombre d’homicides sur la période. Ayant encaissé des milliers de pertes, dues avant tout à la guerre officielle que leur mène le gouvernement depuis un an mais aussi aux affrontements entre elles, les maras semblent enfin montrer des signes de faiblesse.

Une nouvelle politique carcérale

Cependant, ce surprenant cessez-le-feu, ainsi que l’appel au dialogue émis par la même occasion, sont également le résultat d’une nouvelle politique mise en place par le gouvernement : en effet, après analyse minutieuse du fonctionnement des maras et de la qualité des milliers de prisonniers qui peuplent les geôles locales, le gouvernement a décidé récemment d’appliquer une rigoureuse politique de rotation et d’isolement des détenus. L’objectif de celle-ci, apparemment atteint, est de rompre la chaîne de commandement en segmentant niveau supérieur, niveaux intermédiaires et base des organisations. Plus que les milliers de morts, c’est cela qui d’après les spécialistes est en train de venir à bout, en tout cas de gêner considérablement, la capacité de nuire des maras.

A consulter sur El Faro le tableau des homicides mensuels de ces dernières années, ainsi que le lien vers la teneur exact de la conférence de presse des maras.

Advertisements