Publié le 22 juin 2015

Au moins six morts samedi dernier à Nochixtlán (Oaxaca) lors d’affrontements entre la police et une foule de manifestants s’opposant à la Réforme Éducative.

Une réforme contestée

Lancée en 2012, la Réforme Éducative a été finalement approuvée fin 2015, après moult conflits et malgré l’opposition radicale d’une part importante du syndicalisme enseignant, en tout cas de la partie indépendante de celui-ci puisque le syndicalisme officiel, étroitement lié au gouvernement du PRI, a sans surprise appuyer la réforme.

Le syndicalisme indépendant, particulièrement actif dans les Etats les plus pauvres du pays reproche avant toute chose au gouvernement l’absence de consultations pour élaborer le texte de loi, ainsi que de nombreuses mesures qu’il contient, considérées comme inadaptées et même contre-productives pour résoudre les graves manquements du système éducatif national.

Des conflits en série

Depuis la promulgation en force de la loi il y a bientôt sept mois, les conflits n’ont pas cessé. Ils ont même acquis une nouvelle ampleur dernièrement, notamment dans le Oaxaca du fait de l’arrestation, sous l’accusation de malversations et autres délits, des dirigeants menant la lutte : ces derniers ont été immédiatement transférés vers une prison éloignée et d’un niveau de sécurité correspondant peu aux faits qu’on leur reproche.

Les membres de la section locale de l’organisation syndicale, soutenus par les parents d’élèves et d’autres habitants de la région ont donc lancé un blocage systématique des routes de l’Etat pour obtenir leur libération et l’abrogation de la loi. C’est lors de la tentative de déblocage menée conjointement par différentes forces de l’ordre que des coups de feu ont été tirés sur la foule.

Controverse concernant les faits

Dans un premier temps, les autorités locales comme nationales ont nié le fait, puis ont accusé des groupes armés non identifiés qui auraient aussi fait feu sur les forces de l’ordre. L’analyse des images de l’affrontement semble pourtant démontrer que les tirs sont partis exclusivement du côté de la police, notamment de la police fédérale, dont certains membres ont clairement été filmés en train d’ouvrir le feu sur les manifestants, sans justification apparente.

Plus de détails et une vidéo sur Proceso.

Source photo 

 

Advertisements