Publié le 10 juin 2016

Déjà plus de 100 cas recensés d’enfants morts de dénutrition depuis le début de l’année. Sans surprise, ce sont les populations rurales et notamment des départements de la Guajira et du Meta qui sont les plus touchées.

Une tragédie ancienne

Le phénomène n’est pas nouveau puisque comme on l’a appris au début de l’année, ce sont plus de 4500 enfants qui seraient morts de dénutrition et autres causes liées lors des huit dernières années. En cause, la manque d’aliments et de d’eau potable lié ou non à la sécheresse, des politiques d’aides plus ou bien adaptées et menées sur le terrain, les effets de la corruption, un certain désintérêt voire l’hostilité de certains segments de la société et de groupes politiques, locaux ou non, envers les populations indigènes, des difficultés propres à ces régions isolées, les difficultés liées à la fermeture de la frontière avec le Venezuela, etc.

Il est en tout cas certain que cette tragédie se devra d’être une priorité pour la Colombie qui prétend se construire dans l’après-conflit, si des accords sont trouvés avec les FARC et autres groupes armés actifs dans le pays.

Plus de détails dans El Espectador

Advertisements